Loader

Mes trucs pour aider ton enfant TDA/H.

Voici quelques astuces concrètes à mettre en place pour aider votre enfant TDA/H. Même s’il est aidé par un traitement pharmaceutique, la médication n’est pas la seule solution. Les stratégies éducatives resteront essentielles à enseigner et à investir auprès de votre enfant.

Ma fille de 6 ans s’appelle Elena. Elle est une petite fille pleine de talents et de qualités et c’est la première chose essentielle à dire.

En 2020, nous étions sur le point d’entamer nos premières rencontres d’évaluation pour un TDA et nous avons finalement décidé de se laisser encore du temps. Ma fille n’a donc aucun diagnostic confirmé.

Pourquoi s’être rétracté? Même si ma fille a le profil TDA et que j’y mettrais presque ma main au feu, nous nous sommes sérieusement questionnés à savoir si nous étions prêts à la médicamenter à l’âge de 6 ans. Ma fille est en première année et finira cette 1ere année sans même avoir eu son 7 ans. Puis, elle débutera sa 2e année avec un 7 ans et des poussières. La réponse est que nous trouvions trop précoce d’envisager une médication. Oui, s’il le faut, mais non, pas aussi vite que cela. Elle est encore immature et c’est encore précoce.

Pour le moment, on favorise toutes nos autres stratégies afin de l’outiller et l’encadrer.

Humblement, je vous présente mes « stratégies » les plus utiles dans mon quotidien avec ma fille.

Gérer le temps!

Ma fille est si vite partie dans les « vappes »! La notion du temps est hors de sa portée.

Pour elle, il n’y a pas de différence entre 5 minutes ou 1h pour accomplir 3 étapes d’hygiène à la salle de bain. Elle ne verra pas le temps passer et oubliera bien vite ce qu’elle devait accomplir. Faire un simple pipi pourra lui prendre 15 minutes. Elle se mettra à chanter, faire des bruits et placoter, assis sur la toilette. Elle rêvassera et se marmonnera des histoires jusqu’à ce qu’on la sorte de la lune. Alors, imaginons la suite!

« Go, on focus! » sera une expression courante même quand il s’agira de brosser les dents!

Permettez-lui de visualiser et de mesurer son temps.

Mes trucs:

On se lâche lousse avec le Time Timer, les minuteries et les sabliers.

J’en ai partout. Et ça fonctionne!

  • 15 minutes pour la routine à la salle de bain
  • 5 minutes avant le départ à l’autobus
  • 20 minutes pour le déjeuner

 

Bien sûre, tout cela est agrémenté d’aide-mémoires et de renforcement positif.

Gérer les routines.

Ma fille sait ce qu’elle doit faire, mais elle papillonne d’une chose à l’autre plutôt que d’enchaîner les étapes. Alors, quand rien ne presse, pas de problème, mais lors de la routine sur semaine, il faut que ça opère efficacement.

Elle devait choisir ses vêtements et s’habiller, mais elle s’est mise à faire le ménage de ses tiroirs. Son attention a dévié sur la réorganisation de son garde-robe, sa boîte de souvenirs, son coffre à bijoux. Toujours pas habillée et que dire du temps qui passe…Il vaut mieux ne pas regarder l’horloge, ce serait à peine croyable!

Go! On fait ce qu’on a à faire et après on passe à la prochaine étape!

Permettez-lui d’accorder son attention sur les étapes à prioriser.

 Mes trucs:

On exagère avec les tableaux de routine, les listes à cocher, les aide-mémoires, les calendriers, les agendas, etc.

  • Avoir un tableau de routine pour le matin et le soir;
  • Créer un tableau pour la préparation à l’autobus scolaire;
  • Fournir un tableau à coller au casier pour le retour à la maison;
  • Fabriquer un aide-mémoire pour les choses à mettre dans le sac à dos;
  • Utiliser, lors de ses sorties, un mousqueton avec des pictos tels que « mes lunettes », « ma casquette » comme étant du matériel à ne pas oublier;
  • Afficher des listes de tâches et responsabilités pour l’implication à la maison. 
  • Avoir un guide pour encourager l’autonomie (Ex: Comment préparer ma boîte à lunch.).

 

Pour les consignes :

  • Dire une consigne à la fois en ayant un contact. Capter le regard, toucher l’épaule.
  • Être concret. S’assurer que l’enfant retient l’essentiel.
  • Faire répéter les étapes ou la consigne.
  • Décortiquer une tâche. Pas trop à la fois!
  • Limiter les choix…Leur processus de décision est parfois long!

L’organisation.

Comme elle s’éparpille rapidement et passera du coq à l’âne, tout peut devenir chaotique en un tour de main.

Permettez-lui de développer des méthodes d’organisation et de travail.

Mes trucs:

  • Préparer un bac spécifiquement pour les devoirs et leçons avec tout le matériel requis. On y ajoute les aide-mémoires, les grilles de correction, les cahiers d’écriture, les dictionnaires, un tableau effaçable, des jetons, des dés de jeu, des étampes, etc;
  • Créer des zones sur son bureau de travail. À l’aide de ruban à peinture, organiser son espace pour bien disposer de son matériel. Par exemple, en haut, la zone à crayons, à gauche, le dictionnaire et à droite, le cahier d’écriture;
  • Identifier les bacs à jouets, le rangement dans le garde-robe et les paniers au vestiaire, à l’aide d’étiquettes. Former des catégories qui faciliteront l’organisation. (Ex : Tiroir à chandails. Tiroir à pantalons. Tiroir à pyjamas.)

Couper les distractions.

Un crayon qui tombe par terre, le paysage par la fenêtre, les bruits du petit-frère, un camion qui passe dans la rue…Tout perturbera sa concentration et deviendra une source d’intérêt pour repartir dans la lune!

Permettez-lui de se former une bulle d’attention.

Gâtez-vous en matériel pour que le moins de distractions possibles rentrent dans sa bulle.

Mes trucs:

  • Utiliser les coquilles insonorisantes afin de réduire les bruits environnants;
  • Demander à ce que l’enfant soit placé devant la classe afin de favoriser son attention, réduire les distractions et permettre à l’enseignant d’intervenir par un simple toucher ou un rappel discret;
  • S’isoler dans un lieu calme et neutre, lors des devoirs et leçons, en ne gardant que le matériel nécessaire sur la surface de travail
  • Mettre de côté et remédier à tout ce qui devient une distraction sensorielle (un bracelet, les cheveux lousses, des manches trop longues, une veste à fermoir, etc.);
  • Ajouter un panneau ou un paravent de bureau pour couper les distractions visuelles.

 

Gérer le « H » de TDA/H…la bougeotte.

Les doigts qui tambourinent et qui cherchent quelque chose à taponner, les pieds qui sautillent, la jambe qui branle, le changement de position…

Permettez-lui de libérer les tensions et de bouger!

Mes trucs:

On occupe les mains et les pieds!

  • Permettre de manipuler un objet, selon le contexte. Par exemple, lors d’un spectacle, dans une file d’attente ou pendant un trajet en voiture.
  • Ajouter des bandes élastiques aux pattes de chaise ou au bureau pour que l’enfant puisse y déposer les pieds et bouger sans déranger les autres;
  • Offrir un coussin texturé sur le siège à l’école afin de favoriser une bonne posture et permettre de gigoter le fessier! Il y a aussi des sièges ballons, des sacs lourds à déposer sur les genoux, etc. Tout n’est pas essentiel! On s’adapte à notre enfant et sachez que des versions maisons peuvent bien faire l’affaire (ballon d’exercice, catalogne, sac de chaleur, etc.);
  • Si vous êtes chanceux, votre enfant évolue dans une classe flexible, c’est-à-dire une classe qui est aménagée avec différentes stations de travail. L’enfant peut travailler debout à une table, assis sur un coussin par terre, etc. Il peut donc bouger et varier les positions. Vous pourriez utiliser cette approche à la maison quand c’est possible.

La gestion des émotions.

Ma fille rentre souvent de l’école comme une boule de feu. On marche sur des œufs en anticipant l’explosion. La fatigue et le stress de sa journée sont à son comble. Elle n’en peut plus de tout contenir et tout relâche! Un rien peut déclencher une tornade.

Préparez-vous un coin calme et une trousse maison pour lui offrir des moyens de se ressourcer et de relâcher le stress.

Mes trucs:

  • Créer un guide en lien avec la gestion des émotions, les comportements à privilégier et à éviter;
  • Bâtir une trousse de ressourcement dans un lieu calme. On pense à du matériel qui permettra de décompresser (coloriage, mandalas,  musique douce et écouteurs, balle de massage, couverture douce, sac lourd, livres, album photos, collection diverse, etc.);
  • Planifier dans la routine ou au besoin, des périodes de relaxation pour l’aider à se recharger avant d’éclater;
  • Parler des émotions et l’aider à identifier les signes précurseurs qui lui donne l’alarme quand rien ne va plus;
  • Faire un bref retour quand les émotions sont fortes ou à la suite de crises. Rechercher des solutions et encourager son introspection;
  • Employer différentes activités tel que le sport et le yoga pour aider l’enfant à mieux apprivoiser son corps et sa respiration;
  • Lui enseigner la résolution de conflits et l’encourager à mettre en pratique ses stratégies sans être toujours derrière pour intervenir à sa place;
  • Essayer de développer son sens de l’empathie en lui demandant de se mettre dans la peau de l’autre et de reconnaître leurs émotions.

Les écrans.

Autant ils peuvent être facilement distrait autant ils peuvent être trop absorbés.

Combien de fois par jour je peux dire à ma fille « Elena? Elena? Elenaaa? » comme si elle ne m’entendait pas. Elle ne peut pas faire deux choses à la fois. Si une tâche la captive, elle ne peut plus prêtée attention aux autres choses qui l’entourent.

Les écrans, entres autres, ont cet effet-là. Ici, si ma fille écoute la télévision, j’aurai beau faire une fanfare devant elle…aucune réaction. Ainsi, sans bannir les écrans, utilisez-les avec discernement.

Ici, si on fait un cinéma-pizza au salon, je devrai lui dire plusieurs fois de penser à manger. Elle ne peut pas faire les deux en même temps.

Si vous voulez qu’il mange son déjeuner, fermez la télévision.

La valorisation.

Que dire de plus qu’il est hyper important de les complimenter, de prendre soin de leur estime de soi et de les valoriser! Ils en ont besoin! Ils sont parfois si vite critiqués, réprimandés et toujours rappelés à l’ordre …Leur image de soi est si précieuse! Renforcez-les! Aimez-les! Cajolez-les! Dites-leur tout ce qu’ils font de bien et ce qu’ils ont de beau!

Mon mot de la fin.

Bien sûre, nos stratégies évoluent tout comme notre enfant!

Certaines astuces seront parfois mises de côté, car elles ne seront plus essentielles. D’autres stratégies reviendront ultérieurement, selon les besoins et d’autres encore resteront une base constante.

En terminant, j’ai débuté cet article en vous disant que ma fille est pleine de talents et de qualités. Sa créativité est infinie. N’oubliez pas d’exploiter leur potentiel!

Et tout cela, c’est avec amour et par amour!

Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs xx



coaching-messagerie-icone

Coaching

boutique_icone

Boutique