Loader

TDA/H, les faire bouger: Comment aider l’enfant qui n’est pas gérable aux cours et celui qui ne veut rien faire?

Il y a des enfants tornades qu’on voudrait voir ralentir deux secondes et d’autres qu’il faut tirer de force pour les faire bouger 5 minutes. Que ton enfant aime ça ou non, que ce soit dans sa nature ou non, il a tout à gagner en s’activant. Bon pour le corps, bon pour l’esprit! Alors, comment gérer celui qui ne veut rien faire? Et comment aider celui qui sème le trouble aux cours de la fin de semaine?

Je suis Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs, Technicienne en éducation spécialisée et je te donne quelques pistes pour ton coffre à outils de Super-Parent.

Alors, quoi faire avec celui qui ne veut rien faire?

Et s’il ne voulait pas se laver? Et s’il refusait de déjeuner? Et s’il n’aimait aucun fruit et légume? Et s’il voulait faire une nuit blanche? L’activité physique fait partie de son hygiène de vie. Battez-vous pour que ça marche!

Il n’aime pas les légumes cuits, mais tiens tiens, il adore les crudités avec de la trempette. Ok!

Il n’aime pas prendre une douche, mais il aime lire son magazine dans le bain. Voilà!

Il peine à s’endormir le soir, mais il reste au lit avec son roman-jeunesse. Parfait!

Alors, il n’aime pas bouger? Oui, on trouvera!

Ça se peut que ce ne soit pas dans sa nature, mais pareil, c’est important.

  • Soyez un modèle ( ben oui! encore ça!). Si tu bouges, il va bouger (du moins, il y a plus de chances!).
  • Gardez du plaisir. Si la sortie de vélo ressemble à « avoye pédale plus vite, voyons qu’est-ce que tu fais là encore? ». C’est une corvée. On se calme la critique et on rend ça agréable.
  • Respectez leurs limites (40km de vélo alors que sa plus longue ride était de 10 km…) On y va intelligemment!
  • Trouvez une motivation. Ça ne lui tente pas tellement la randonnée de vélo, mais si c’est pour finir à la crèmerie… Ça ne lui tente pas d’aller marcher en forêt, mais peut-être que s’il a le droit de photographier la nature…La marche d’après le souper a l’air plate, mais si on arrête au parc…Et si on faisait un détour par chez grand-papa? Allez, on invite un ami?
  • Et si bouger vous donnait des moments privilégiés? Viens-tu faire une commission à pied tout seul avec moi, on se racontera notre journée? Hey, j’aimerais ça te montrer ma cabane de quand j’étais petite, veux-tu grimper dans la montagne avec moi?
  • Essayez différentes choses. Ok, il déteste le soccer, mais peut-être qu’il aimera le karaté.
  • Trouvez une solution. Avant d’abandonner trop vite, il y a peut-être quelque chose à faire? Il va au soccer de reculons 1 fois sur 2, mais l’inscrire avec le petit voisin serait motivant. Se dévêtir dans le vestiaire est gênant, mais il peut se changer à la maison.

Alors, quoi faire avec celui qui sème le trouble?

Le profil hyperactif : Il génère des conflits? Il n’est pas capable d’attendre son tour? L’entraîneur est tanné? On entend juste lui?

Bon, il va falloir qu’il bouge. Puis, il va falloir qu’ils apprennent à se calmer un peu!

Le profil déficit d’attention : Ça le stress toutes ces consignes? Il est souvent en retard? Il est trop dans la lune? Ça l’angoisse de ne pas y arriver?

Le stress peut lui donner envie de se renfermer ou de se fâcher.

Regardons ce qui pourrait leur donner un coup de main pour les inscrire à des activités.

  • Réduisez sa charge cérébrale! L’école et les règles à la maison sont déjà un défi pour lui à force de toujours se concentrer et se contrôler. S’il y a trop de moments d’écoute, trop d’attente, trop de temps morts, trop de monde, trop de bruits, trop de règles, trop d’affaires à réfléchir et à gérer… C’est peut-être trop pour lui! Faites donc des sélections en tenant compte de ses intérêts et de ses défis particuliers.
  • Ciblez des sports individuels, moins d’équipe. Il pourra performer à son aise. On peut opter pour un volet compétition si on veut intensifier l’entraînement.
  • Optez pour des activités avec des règles plus souples et des distractions que l’enfant est capable de gérer. Le cours de ballet est trop rigide pour lui, mais la danse créative sera plus appréciée?
  • Choisissez un environnement qui est favorable. S’il y a trop de restrictions, il est possible que l’enfant ressente trop de contraintes. L’obligation d’attendre sagement son tour sur le bord du mur dans de l’eau froide le met hors de lui, mais un cours semi-privé l’enchante. Le problème n’est peut-être pas la discipline, mais l’environnement.

Bouger : Ça fait partie de la prescription!

On le sait, l’activité physique est bon pour le corps et l’esprit. Comme on se sent mieux après!

Avec un TDA/H, l’activité sportive est un must. Trouvez-lui donc la formule qui rendra tout le monde heureux!

Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs xx



coaching-messagerie-icone

Coaching

boutique_icone

Boutique