Loader

Quoi faire avec l’enfant qui réagit à l’arrivée du nouveau-né?

Avec l’arrivée d’un nouvel enfant, tout change! Notre routine, nos tâches, notre fatigue, notre patience…Mais, votre plus grand lui, reste le même petit enfant qu’avant. Il n’a pas changé.

S’il avait du mal à attendre et à se faire dire non…Ça le sera encore! S’il avait peur du noir, il aura encore peur.

Vue comme ça, c’est facile de comprendre qu’il ne s’est pas transformé par miracle parce qu’un bébé est arrivé.

Il a donc besoin de vous autant qu’avant et il faudra le prendre là où il est rendu, comme avant.

Je suis Jessica Rousseau, Éducatrice spécialisée, Coach familial fondatrice de Maman Éducatrucs et je te donne des pistes de réflexions pour t’aider avec ton plus grand.

L’autonomie

Votre plus grand n’est pas pour autant devenu grand! Après tout, il n’a peut-être que 2-3-4 ans…

Son développement continue de se faire en suivant un rythme normal.

S’il y avait un bouton « Finis les couches pour mon 2 ans! », on l’aurait déjà tous trouvé!

Autrement dit, ne montez pas d’un cran vos exigences envers l’enfant en vous disant qu’il est maintenant un grand.

S’il avait besoin d’aide pour s’habiller, il en a encore besoin. Ne lui refusez pas votre aide en lui disant que c’est un grand maintenant. Il le vivra mal. 

Si vous souhaitez qu’il progresse dans une tâche, ciblez un petit objectif à la fois.

Vous souhaitez qu’il enfile ses vêtements par lui-même? Montrez-lui et continuez de l’aider. Récompensez-le et donnez-lui une grosse dose d’attention!

 

Trouver son nouveau rythme

Il est tout à fait normal que ça puisse prendre plusieurs semaines (voir plusieurs mois!) avant de trouver notre nouveau rythme de croisière. Pas de stress, un enfant de plus, ce n’est pas rien!

Cependant, si vous devez tourner certains coins ronds pour y arriver, coupez là où ça ne fait pas mal.

Il faut à tout prix éviter de délaisser notre plus vieux pour mettre toute l’attention sur le nouveau-né et les tâches qui s’accumulent.

Au contraire, avec lui, on redouble d’attention!

Coupez sur le ménage, faites des repas plus simples, prenez un peu de traiteur, mais ne privez pas votre petit poulet de votre temps et de votre présence.

 

La présence des mamans

Dans mes consultations, la plupart des mamans me décrivent une relation très proche et complice avec leur plus grand. Puis, à l’arrivée de bébé, c’est papa qui prend la relève. C’est maintenant papa qui donne le bain, qui fait le dodo, qui va jouer au parc, etc.

C’est bien que papa s’implique, mais maman doit rester!

Les mamans, ce n’est pas pour vous culpabiliser, ok? C’est normal de déléguer et faites-le!

Il faut réussir à s’impliquer dans la vie de tous nos enfants, le plus équitablement possible.

Si ça devient un peu trop de gestion en même temps, partagez plus les soins du bébé avec papa afin que le plus vieux profite plus de maman. Il faut réduire son sentiment de « perte ».

 

Amorcer les changements à l’avance

Si la routine doit changer, ça se comprend! Idéalement, on prévoit le coup pendant la grossesse.

C’est papa qui fera le dodo du soir maintenant? Pratiquez-le plusieurs semaines avant l’arrivée de bébé.

Sinon, si vous êtes en plein dedans, soit on ramène la routine un peu plus comme avant soit on fait un compromis.

L’idée est de réduire le stress relié à trop de changements à la fois et rassurer l’enfant. Par exemple, maman fait des chansons dans le lit avant d’allaiter, puis papa termine avec une histoire et le bisou.

 

La régression

Votre tout-petit aura peut-être tendance à vouloir revenir un peu en arrière et faire comme le plus petit.

On laisse passer un peu de temps, sans le gronder. Surtout, on ne le traite pas de bébé.

  • Proposez-lui des moments précis pour jouer au bébé et lui permettre de compenser ce besoin.
  • Parlez-lui de quand il était bébé, montrez-lui des photos et des vidéos. Il trouvera cela tellement mignon et il constatera qu’il a bien grandi! Le bon côté des choses est qu’il peut faire plein de nouveaux trucs.

 

Si l’enfant est agressif avec bébé

Il faut éviter à tout prix d’empêcher l’enfant de rentrer en contact avec le bébé. Ce serait une catastrophe de paniquer à chaque fois comme si notre plus vieux représentait une menace. Imaginez le sentiment de votre enfant? Il vivrait encore plus mal la présence du bébé.

Si l’enfant pince ou fait mal aux bébés, il faut contrôler notre réaction le plus possible.

Privilégiez une approche plus douce.

« Je comprends que ce soit plus difficile, mais il ne faut pas blesser le bébé. »

Consacrez-lui toute votre écoute et beaucoup plus de temps pour qu’il se sente aimé.

 

Si l’enfant est agressif envers ses parents (souvent la maman!)

Éviter de sur-réagir.

N’acceptez pas de vous faire taper et dites-lui un non ferme.

Ensuite, prenez une méthode douce pour être à l’écoute et lui accordez plus d’attention.

Trouvez des compromis tel que pendant que j’allaite, je te lirai une histoire.

 

 

Pour avoir de l’aide personnalisée, clique ici pour m’écrire!

Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs xx



coaching-messagerie-icone

Coaching

boutique_icone

Boutique