Loader

Découvre les 5 méthodes d’interventions les plus efficaces pour améliorer la discipline au quotidien!

La discipline est toujours omniprésente dans nos vies. Mais, contrairement à ce qu’on pourrait penser, discipliner un enfant ne veut pas pour autant dire de s’obstiner ou de se chicaner sans cesse. Très souvent, on peut tenir un encadrement calme tout en se faisant obéir.

Je suis Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs, Technicienne en éducation spécialisée et je te donne quelques pistes pour ton coffre à outils de Super-Parent.

5 méthodes d’interventions pour faciliter la discipline

La Méthode 1-2-3

Il refuse d’obéir car il ne veut pas mettre fin à une autre occupation? Vous avez déjà répété 2-3 fois? Évitez de tomber dans la confrontation et donnez-lui plutôt le last call.

« Léa, regarde-moi et écoute bien. C’est la dernière fois que je te donne ma consigne. Je vais compter jusqu’à 3. Soit tu vas dans ta douche maintenant et tout va bien, soit à 3 tu es encore devant la télévision et il y aura une conséquence…Tu n’auras plus accès à la télévision le reste de la soirée. 1…2… »

L’enfant a eu quelques secondes pour choisir d’obéir ou non. Il s’activera peut-être en bougonnant (pas grave!).

Pssssttt! S’il fait le mauvais choix, laissez-le assumer sa conséquence. La prochaine fois, il devra bouger avant d’être rendue à 3!

L’accompagnement

Il refuse d’obéir car la tâche qui l’attend le décourage? Avec quelques petites phrases et gestes simples, encouragez-le à s’activer.

« T’es découragé, hen? J’ai une idée! Pour aller plus vite, on va remplir ton camion de tous les blocs éparpillés et ensuite on les ramène dans ton bac? 1-2-3 Go! »

« Je sais bien que ça ne te tente pas, mais tu feras attention la prochaine fois. Tu dois remettre les bons bouchons sur les bons crayons. Alors, je trouve les bouchons et toi tu les mets. Voilà…Et celui-là. Good! »

L’humour

Vous êtes pressé ou dans un lieu public et il refuse d’obéir? Il est temps de désamorcer les tensions avant que ça tourne en crise. Alors, quelques bonnes blagues, des chatouilles et un petit jeu coquin peut déclencher une belle collaboration (en plus d’être amusant!).

« Ah ma petite coquinette, hi hi hi, je vais te chatouiller jusqu’à ce que tu t’habilles! Haha! Je t’ai attrapé! Miam! Un bec ici, un bec là! Allez, ma puce, c’est assez, on s’habille maintenant. Je t’aide…Un bras ici… »

La compartimentation

Les enfants ne cessent de se chicaner et ça fait déjà quelques avertissements que vous leur donnez? Stop! Chacun dans sa bulle. On les sépare quelques minutes.

« Victor et Sam, c’est difficile votre jeu. Vous vous chicanez depuis tantôt. On va faire une pause et après si ça va bien, vous pourrez revenir ensemble. Toi, Victor, tu vas colorier à la cuisine. Et toi, Sam, tu vas à la table du salon. »

Après quelques minutes.

« Êtes-vous prêts à rejouer ensemble? Est-ce qu’on se crie dessus ou on se parle gentiment? D’accord, allez-y maintenant. »

La pause

Vous sentez que la tension grimpe ou que la crise est déjà à la porte? L’enfant grogne, bourrasse, etc. Il est temps de faire une pause avant que ça ne déborde encore plus. On met fin à l’activité en cours, on bloque les stimulations et on l’envoie dans sa bulle.

L’enfant va dans un coin tranquille et on le laisse décompresser quelques minutes. Il a le droit de coller ses toutous, d’écrire ou de s’occuper calmement.

Quand on le sent prêt ou qu’il nous dit l’être, on fait un bref retour avec lui.

Des méthodes combinées.

Rien ne nous empêche de faire un mélange de toutes ces méthodes!

Il ne veut pas prendre sa pause dans un coin tranquille? Il insiste pour continuer son jeu, mais il crie après tout le monde?

« Ce n’est pas pour te punir. Ça te fera du bien. Maintenant, soit tu vas te calmer dans un coin tranquille et tu reviens quand tu te sens prêt soit tu continues comme ça et il y aura une conséquence…Je vais ranger ton jeu jusqu’à demain. Je compte jusqu’à 3. 1…2… ».

Votre aura!

Gardez toujours en tête que ce que vous dégagez par votre verbal et non-verbal compte beaucoup!

Il est excité? Appuyez calmement vos mains sur ses épaules et chuchotez pour lui parler.

Il vous confronte? Soyez en contrôle! Adoptez une posture ferme, parlez sans hésitation et faites-lui ressentir dans vos yeux convaincus qu’il n’a pas d’autres choix.

Renforcement positif.

On ne le dira jamais assez! Assurez-vous qu’il sache ce qu’il fait de bien pour pouvoir le répéter. On souligne les efforts et les bons coups. On remercie et on complimente en disant précisément pourquoi.

La discipline à la maison : un mandat au quotidien

L’éducation, ce n’est pas toujours de tout repos! Il est tout de même possible de préserver l’ambiance dans la maison en se faisant obéir avec un cadre calme et ferme. Personne n’est à l’abri des débordements, mais avec quelques bonnes méthodes, vous augmenterez la collaboration, le respect et même le plaisir.

Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs xx



coaching-messagerie-icone

Coaching

boutique_icone

Boutique