Loader

Comment préparer mon enfant à la maternelle?

On se pose tous la question sans trop savoir sur quel pied danser. Faut-il qu’il sache écrire son prénom? Doit-il connaître l’alphabet, les couleurs, les formes? Alors que toutes ces connaissances lui seront utiles, les acquérir avant l’école n’est pas pour autant essentiel. Le mieux est de miser sur l’acquisition d’habiletés sociales qui l’aideront à bien agir avec les autres, à communiquer et à persévérer.

Avant d’apprendre, il faut avoir le goût d’aller à l’école.

Il n’est pas rare et il est même normal que notre enfant ait des inquiétudes à l’idée d’entrer à l’école.

Effectivement, il peut vivre du stress et dire qu’il ne veut pas y aller.

Que notre enfant ait évolué à la maison, dans un CPE ou en milieu familial, il est bon de prévoir le coup en adoptant des attitudes positives et prévoyantes.

Adopter un discours valorisant l’école.

Dès l’âge de 3-4 ans, on adopte un discours positif et on sème des graines de motivation.

« Regarde, c’est l’autobus scolaire qui passe! Quand tu auras 5 ans, tu iras à l’école et tu pourras embarquer dans l’autobus. »

« Je vais te lire ton livre préféré. Savais-tu que, quand tu iras à l’école, il y a une grosse bibliothèque juste pour les élèves. »

Réduire l’anxiété.

Évitez de lui projeter une image trop grosse de cet univers inconnu. Donnez-lui plutôt des repères qu’il connait.

« Il y a des moments pour prendre la collation, dîner, jouer et se reposer. Il y a aussi des moments pour apprendre des chansons et pratiquer des activités avec le professeur et les amis. »

De plus, les enfants s’inquiètent souvent en exprimant qu’ils ne sauront pas ce qu’ils doivent faire.

Il est donc facile de les rassurer, encore une fois, en leur mentionnant que c’est un peu comme à la garderie. Comme le fait son éducatrice, le professeur lui donnera des consignes. De plus, s’il a mal, s’il se chicane, s’il a envie de pipi ou besoin d’aide, le professeur l’aidera.

Il est rassurant pour les enfants de savoir qu’ils ne seront pas seuls.

L’impliquer dans l’achat des fournitures scolaires.

Les enfants sont fiers d’acquérir leur « kit » d’école. Le sac à dos, la boîte à lunch et leurs propres crayons sont tous autant de petits moyens pour les valoriser de leur nouveau statut de « grand ». Faites-en un évènement!

Collaborer avec les grands de son entourage.

S’il a un grand frère ou une grande sœur qui fréquente déjà l’école, il est intéressant de le laisser lui partager ses expériences positives.

« Tu vas voir, on a eu des petits poussins dans la classe et on pouvait les prendre dans nos mains! »

Participer aux visites et aux activités d’accueil.

Répondez à l’appel! Une journée d’accueil est toujours organisée pour les nouveaux élèves de la maternelle. Ces activités permettent aux enfants de découvrir l’organisation d’une classe et l’ensemble de l’école. Elle leur permet aussi de mettre un visage sur « les amis » et « un professeur ».

Les clés de la réussite.

Pour bien réussir à l’école, il ne s’agit pas uniquement d’avoir de la facilité à apprendre, mais, surtout, de la motivation, de l’effort et de la persévérance.

Certains enfants apprennent vite et facilement, mais manque de bonne attitude. D’autres ont besoin de recevoir un plus grand support, mais ont une grande volonté.

S’il y a donc une seule chose à travailler avec votre enfant, ce sera l’acquisition de ces qualités.

Effort : On essaye. On participe.

Persévérance : On continue. On va jusqu’au bout. On termine ce qu’on a commencé.

Motivation : Met-y de l’entrain. Donne-toi un objectif. Sois positif.

Les habiletés sociales.

On ne le dira jamais assez. Que ce soit à la maison ou à la garderie, bien agir avec les autres est un travail éducatif au quotidien qui se poursuivra à l’école.

  • Respecter des règles et des consignes.
  • Fonctionner dans une routine.
  • Socialiser et communiquer avec ses pairs et avec l’adulte.
  • Faire connaître ses besoins.
  • Partager, respecter le tour de rôle et tolérer des délais.
  • Résoudre des conflits.
  • Coopérer et travailler en équipe.
  • Apprendre à gagner et à perdre.

C’est une grande mission éducative que de donner les bons outils « internes » à notre enfant. C’est un entraînement continu. Il est bon de se rappeler que par de simples interventions quotidiennes, on y travaille.

Quand il perd à la course avec son frère, c’est l’occasion de lui enseigner que parfois, on perd, parfois, on gagne.

Quand il s’impatiente à un jeu de société, on lui apprend qu’il y a un tour de rôle.

Quand il veut abandonner un bricolage difficile, on l’encourage à aller jusqu’au bout.

Lorsqu’il se chicane avec un ami, on le laisse essayer de régler son problème.

De manière générale, inculquer des valeurs de coopération, d’entraide et d’empathie aide énormément les enfants à être un peu moins centré sur eux-mêmes et à mieux interagir avec les autres.

L’autonomie.

Il n’en reste pas moins que l’enfant entre dans un univers de « grand ». Un enseignant à la maternelle a souvent plus ou moins 20 élèves à sa charge. On comprendra que 20 petits humains de 5 ans, ça doit avoir acquis une certaine autonomie. Sur quoi se concentrer?

  • Se laver les mains, se moucher, aller à la toilette et s’essuyer seul.
  • S’habiller seul pour toutes les saisons. Attacher son fermoir.
  • Attacher ses souliers. Si le laçage n’est pas acquis, on opte pour des velcros/élastiques.

Sécurité.

  • S’affirmer (se défendre, quoi dire/quoi faire, mots/gestes).
  • Reconnaître des situations dangereuses (demandes et invitations de la part d’un inconnu, etc.)
  • Sécurité routière (traverser la rue, marcher sur le côté/trottoir, etc.)
  • Connaître le nom complet de ses parents.

Dans un monde idéal, l’enfant devrait aussi connaître son adresse et son # de téléphone en cas de problème ou d’urgence. Sinon, identifier visiblement ces informations dans le sac à dos.   

Motricité fine et Apprentissages.

Malgré que rien n’oblige l’enfant à détenir toutes les compétences qu’il abordera à l’école, il est intéressant, du moins, de le sensibiliser, de le stimuler et de l’initier à certains aspects de la vie scolaire. Si l’enfant fréquente la garderie, ce sont généralement des contextes qu’il aura l’occasion de vivre.

  • Prolonger sa durée d’attention à une tâche.
  • Être capable de travailler dans différentes positions et différents contextes (assis à la table, assis par terre, seul et en équipe, en grand groupe, en chuchotant, etc.)
  • Pouvoir être calme 15-20 minutes consécutives seulement en relaxant ou avec un livre.
  • Découper, coller, dessiner, suivre des tracés de lignes, colorier.
  • Se sensibiliser au son des mots, trouver des rimes, etc.
  • Lire son prénom.
  • Comprendre les catégories (formes, lettres, chiffres, etc.)
  • Raconter une histoire à l’aide de son imagination.

La réussite.

Que vous ayez mis toute la gomme pour stimuler votre enfant dans ses apprentissages ou non, retenez que l’essentiel est de développer les clés de la réussite : effort, persévérance et motivation. Et le reste suivra à l’école.

Enfin, la plus grande mission éducative est de les entraîner à être de bons petits humains qui évolueront dans le respect des autres et de soi-même.

Bonne rentrée les enfants!

P.s. Les parents émotifs…comme moi! J’vous comprends. Attendez d’être à l’écart de votre enfant pour verser vos larmes…Faites-lui le plus beau des sourires, des thumbs up et dites-lui de s’amuser!

Jessica Rousseau, MamanÉducatrucs xx



coaching-messagerie-icone

Coaching

boutique_icone

Boutique